MAGAZINE CONSTAS
 

Éditorial du numéro en cours

FIERTÉ DU SECTEUR GÉNIE CIVIL ET VOIRIE

Éditorial du numéro 46 / janvier 2019
Par  Me Gisèle Bourque,
directrice générale de l’ACRGTQ et rédactrice en chef

Depuis 75 ans déjà, l’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ) appuie les entrepreneurs dans la réalisation des grands projets qui ont façonné le Québec d’aujourd’hui. Ce sont 75 années de leadership auprès des entrepreneurs du secteur génie civil et voirie, au cœur de l’industrie de la construction.

L’ACRGTQ a franchi avec succès et fierté ces trois quarts de siècle à défendre les intérêts de ses membres, mais elle retient avant tout le fait d’être demeurée tout ce temps à l’écoute de leurs besoins, éveillée à leur action, partenaire de leur développement.

L’ACRGTQ, par les services spécifiques et spécialisés qu’elle maintient à leur bénéfice, espère humblement participer à la consolidation de leur propre leadership entrepreneurial, comme à leur statut de chefs de file dans l’ensemble de l’industrie. L’évolution de nos sociétés démocratiques et techniques, on ne peut en douter, prend forme et se reflète dans le développement des infrastructures publiques. Elles en sont la source et le miroir. Déterminantes et névralgiques à ce chapitre, les entreprises du secteur génie civil et voirie ont eu l’honneur et la responsabilité de moderniser le Québec et se voient aujourd’hui, en ce 21e siècle, investies de la même mission, mais d’une mission adaptée aux nouvelles exigences contemporaines, aussi bien technologiques et économiques, qu’éthiques.

Si nos entrepreneurs doivent leur succès à leur propre expertise et à leur capacité de la mettre en œuvre, ils le doivent également aux efforts de toute leur industrie en matière de savoir et d’innovation. Par elle, ils ont été des plus grands chantiers du monde et des plus grandes prouesses innovantes. Je vous invite à penser spécialement à la construction de la première ligne à haute tension à 735 kilovolts au monde, au début des années 1960, ou encore à l’édification des grands barrages hydroélectriques, si chers au cœur des Québécois.

L’industrie de la construction, et particulièrement en son secteur génie civil et voirie, sait vaincre les difficultés de toutes sortes. Elle le fait d’abord par l’outil d’un savoir accumulé et bien en contrôle, mais aussi par une grande intelligence à innover. À chaque jour, à chaque projet, un défi se dévoile, un imprévu surgit, qui force les entrepreneurs, en phase avec leurs clientèles et leurs fournisseurs, à innover, à inventer, à paver de nouvelles routes, à aménager de nouveaux territoires, à penser de nouveaux paradigmes. Or, cela n’est possible que si, en certaines étapes, est posé un franc regard sur soi-même et les autres, est effectuée, au présent et sans concession, la plus nette des analyses.

Ce numéro 46 de Constas, issu du 75e congrès de l’ACRGTQ et qui en partage le thème, à l’enseigne du savoir et de l’innovation, porte exactement ce regard, à fois universel et introspectif, et présente cette analyse. Avec confiance et vérité, il s’attaque à l’essentiel, oriente l’avenir et va de l’avant. C’est à ce prix que le secteur génie civil et voirie saura poursuivre sa route dans le droit fil de son histoire et de sa puissance à innover, à l’heure où le Québec est très actif, certes, mais dans un monde qui, sous bien des aspects, l’est sans doute plus encore.

Bonne lecture, et bonne année 2019.