MAGAZINE CONSTAS
 

Éditorial du numéro en cours

Au cœur des négociations,
vers une entente

 

Éditorial du numéro 40 / juin 2017
Par  Me Gisèle Bourque,
directrice générale de l’ACRGTQ et rédactrice en chef

L’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ), éditrice de Constas, est l’association sectorielle d’employeurs mandataire de la négociation, de l’application et du suivi de la convention collective du secteur Génie civil et Voirie. À ce titre, elle représente les intérêts de plus de 2 600 employeurs de l’industrie de la construction. C’est ainsi que, depuis déjà plusieurs mois, l’ACRGTQ est impliquée au cœur de la négociation de la convention collective avec l’Alliance syndicale, représentante des travailleurs de l’industrie, et notamment des 35 000 salariés du secteur Génie civil et Voirie.

Après avoir négocié de bonne foi, comme il se doit, tout au long du processus de médiation et de conciliation, l’ACRGTQ estime avoir mis de l’avant des propositions honnêtes et constructives, propres à établir les bases solides d’une entente. Néanmoins, le 28 mai dernier, l’Alliance syndicale se retirait des négociations. La stratégie de l’Alliance visant une entente globale, toute entente sectorielle était automatiquement vouée à l’échec. Le secteur Génie civil et Voirie fut ainsi pris en otage, alors que tout nous laissait envisager une entente sectorielle prochaine, à portée de main.
Si certains intervenants ont accusé publiquement les parties d’attendre une loi spéciale comme remède à des négociations malheureuses, je tiens à rappeler à nos lecteurs que, depuis 1996, le secteur Génie civil et Voirie est parvenu à une entente avec la partie syndicale à chacune des négociations la concernant, sans exception. Cela au prix de quelques jours de grève, seulement, sur 20 ans. Rien ne doit empêcher en 2017 la relance de cet excellent bilan.

L’ACRGTQ a donc accueilli favorablement le dépôt du projet de loi spécial à l’Assemblée nationale, qui permettait un retour rapide au travail. L’économie du Québec ne peut se permettre des ralentissements de cet ordre au niveau de l’industrie de la construction. Nous partageons l’avis du gouvernement à ce chapitre.
Maintenant, compte tenu des avancées acquises à la table sectorielle du Génie civil et Voirie, l’ACRGTQ est très optimiste sur la possibilité de reprendre rapidement l’élan de cette entente échappée de si peu. L’ACRGTQ prône la recherche d’ententes sectorielles, qui forment des cibles plus pragmatiques et permettent de libérer au moins une part des entrepreneurs et employés affectés, au plus grand bénéfice des projets et de la population. Au moment d’écrire ces lignes, nous souhaitons que la partie syndicale œuvre positivement, avec nous, en ce sens.