MAGAZINE CONSTAS

L’entretien et la durabilité des chaussées

Des pratiques à moderniser

« On souhaite davantage d’écoute de la part des donneurs d’ouvrage. Ce sont eux les propriétaires et l’Industrie est, je crois, prête à collaborer » – Daniel Bissonnette

La construction de routes au Québec vit une pénurie de main-d’œuvre qualifiée accompagnée d’un retard technologique dans les méthodes qui peuvent avoir un impact sur la productivité et la performance. Daniel Bissonnette, vice-président Expertise et Innovations au Groupe SCT inc., invite l’Industrie à mettre à jour son savoir-faire.

Par Jean Garon

Daniel Bissonnette, vice-président Expertise et Innovations au Groupe Conseil SCT inc.
CR: Magenta Studio Photo

L’expert en ingénierie des matériaux constate que l’Industrie, incluant les donneurs d’ouvrage, peut toujours améliorer ses façons de faire dans la réalisation des ouvrages. « Comment faire progresser la construction? Il serait intéressant de s’ouvrir à de nouvelles techniques qui permettraient aux entrepreneurs, aux ministères et aux villes d’accéder à l’information de qualité, ce plus rapidement, afin de prendre de meilleures décisions permettant une meilleure réalisation des travaux. Si nous souhaitons avoir des chantiers durables et adaptés aux nouvelles réalités, il faut concevoir et construire adéquatement. »

À son avis, les entreprises d’ici ne sont pas moins bonnes que celles d’ailleurs, ni la qualité des produits d’asphalte ou de béton pour expliquer la faible durabilité de nos chaussées. « Le problème, souligne-t-il, c’est qu’on continue de les poser sur les mêmes fondations déficientes, pas toujours de la meilleure façon, et souvent pour des considérations avant tout budgétaires en cherchant à obtenir le plus bas prix. »

Outil Topdot. Exemple d’un outil de mesure et de suivi avant, pendant et après les travaux. Cr: Topdot

De plus, il existe des solutions pour pallier le manque de ressources qualifiées, assure-t-il, notamment des techniques précises qui permettent de mesurer objectivement des performances en chantiers, de faire les suivis et d’informer les décideurs en temps réel.



Par exemple, il y a des entrepreneurs en enrobés bitumineux qui ont des techniques qui pourraient prolonger le temps d’intervention sur des routes. Bien qu’il y ait des discussions en cours avec les donneurs d’ouvrage, il reste encore du travail à faire à ce niveau. Il existe aussi des technologies intégrées dans des équipements de construction qui sont prometteuses. On n’a qu’à penser à la compaction intelligente utilisée aux États-Unis et ailleurs, qui permettraient d’assurer que les matériaux sont bien densifiés, ou encore des équipements électroniques capables d’améliorer considérablement les profils de routes. Même chose en matière de recyclage, un thème d’actualité s’il en est. Il faut souligner que l’ACRGTQ a mis en place un projet pilote portant justement sur la compaction intelligente en 2018.

Le CAT B. CR: Toromont

« Le problème, c’est qu’on continue de poser l’asphalte ou le béton sur les mêmes fondations déficientes, pas toujours de la meilleure façon, et souvent pour des considérations avant tout budgétaires en cherchant à obtenir le plus bas prix. » – Daniel Bissonnette

Daniel Bissonnette estime que les donneurs d’ouvrage pourraient faire davantage d’efforts pour intégrer ces nouvelles techniques ou à tout le moins procéder à plus de projets pilotes. « On souhaite davantage d’écoute de la part des donneurs d’ouvrage. Ce sont eux les propriétaires et l’Industrie est, je crois, prête à collaborer ».



Ses pistes de solution : faire place à l’innovation dans la spécification des projets, en proposant aux devis des options de solutions permettant d’atteindre les objectifs de performance et de durée de vie des ouvrages. Il préconise aussi d’examiner les meilleures techniques mises en pratique avec succès ailleurs pour les adapter aux devis d’ici. Il suggère par ailleurs de faire des projets pilotes pour mettre à l’essai des nouvelles techniques sur des tronçons de routes, tout en s’assurant d’en faire le suivi. •